Ne pas se précipiter ou l’art de changer ses habitudes

hulk
voulez vous être comme hulk?

Je constate ces derniers temps que je veux avancer trop vite. Je veux aller vite et atteindre mes objectifs. Or cela n’est pas négatif en tant que tel mais a des conséquences négatives sur ma capacité à développer des changements. En effet à me concentrer sur un très grand nombre de nouvelles habitudes à mettre en place, j’en oublie. De plus, il m’est impossible de gérer autant de changements à la fois et de gérer en même temps les occupations de la vie de tous les jours. J’en ait déduit quelques bons conseils que j’aurais aimé recevoir il y a quelques temps.

Changer ses habitudes

pas neige
pas dans la neige

Voici pour moi les principales idées à appliquer pour intégrer une habitude :

– Votre but doit être d’ancrer cette habitude de façon permanente et inconsciente. C’est-à-dire que lorsqu’elle sera ancrée, l’exécuter ne nécessitera ni détermination, ni force de caractère particulière, ni énergie hors du commun. Pour l’ancrer de cette façon, j’ai remarqué que l’on doit l’exécuter avec rigueur pendant environ un mois. Après cette période de temps, vous vous remercierez car cette pratique sera aussi automatique que celles de prendre votre douche, ou de manger à la mi journée.

Ne pas vouloir en implémenter trop à la fois. Je pense qu’au delà d’une nouvelle habitude tous les 10 jours, on tombe dans l’overdose du changement, l’extrémisme personnel.

– Il faut un objectif et une motivation forte derrière cet objectif pour réussir à implémenter une habitude. Vous ne pourrez pas être rigoureux et déterminé si au départ votre motivation est peu précise. Créer une habitude demande beaucoup d’efforts au départ, un peu moins par la suite, et encore moins après, jusqu’à ce qu’elle devienne progressivement naturelle. Par exemple je me lève à 7h tous les jours, même le dimanche, et cela depuis plus de 2 mois. Je n’ai aucun problème à me lever maintenant. Et surtout lorsque je me couche, je ne me pose même plus la question de mon heure de lever! Sachez que je me sens plus en forme en dormant comme cela si ça vous intéresse de tenter l’expérience, vous pouvez lire mon article sur les règles de sommeil.

Il est efficace de créer un moyen d’évaluation de votre création d’habitudes. En ce qui me concerne, je note chaque soir les habitudes que j’ai respecté et celles que je n’ai pas respecté. Cela me permet de me rappeler plus facilement de toutes les habitudes que je veux faire entrer dans ma vie. De plus, je commente le degré de fidélité à ma résolution initiale. Par exemple, je note mes sensations par rapport à mon sommeil chaque jour. Vous pouvez très bien utiliser une autre méthode si vous en avez l’idée. Je sais qu’il existe des applications pour smartphones permettant de suivre son alimentation, son sommeil, noter ses pensées, idées ,etc. J’utilise personnellement Evernote pour toutes mes idées, projets, et surtout pour m’organiser.

Éviter la surcharge d’informations

feuilles volantes
feuilles volantes

Je suis extrêmement intéressé par toutes les méthodes permettant d’exploiter au maximum le potentiel humain et par conséquent, je pense, le bonheur. Cela me pousse à perdre mon temps sur internet (mais je me soigne), mais aussi à vouloir mettre en application toutes les découvertes exceptionnelles que je fais chaque jour sur l’homme, et son fonctionnement neurologique, sa psychologie, etc.

C’est comme cela que je me retrouve à vouloir changer d’habitudes en permanence. Alors oui cela est excitant, mais ce n’est absolument pas efficace.

Je crois enfin que cela crée une sorte d’état nerveux d’insatisfaction, car c’est un peu la course au changement, comme si rien n’allait dans sa vie, alors que nous avons tous des motifs de satisfaction, et je pense beaucoup plus qu’on ne le croit à la première pensée.

Cela crée aussi une sorte de sensation d’échec, car on constate que l’on oublie certaines habitudes que l’on voulait mettre en place, ou on ne trouve plus le temps pour les implémenter.

Personnellement, je m’entraîne à percevoir l’échec comme la plus belle leçon que la vie puisse me donner, comme une information essentielle. L’échec vous permet d’avancer sur votre connaissance de vous mêmes. Et cela est probablement une des clés du bonheur. Donc l’échec est, il me semble, une des clés du bonheur. Étonnant non?

Cultiver sa patience et apprécier sa situation

Telles sont selon moi les solutions pour éviter de vouloir changer tout et tout de suite. On est dans une société où le tout et tout de suite est finalement une des nouvelles caractéristiques de nos envies. Et cela est extrêmement bon pour être malheureux. Il a été remarqué par les neurobiologistes (notamment Stefan Klein dans « Neurobiologie du bonheur ») que le mécanisme d’attente d’un évènement agréable déclenche la sécrétion de dopamine, molécule qui va activer les mécanismes de la volonté.

Et cela va permettre d’agir pour que cet évènement arrive. Or la dopamine déclenche un sentiment de puissance, de contrôle et de pouvoir sur sa vie extrêmement agréable. Lisez ce super bouquin si vous en avez l’occasion.

La patience nous permet d’éviter de s’énerver lorsque quelque chose ne change pas assez vite. C’est une qualité qui doit être contrebalancée par l’ambition, et une forte volonté, car trop de patience peut mener au malheur. Lorsque l’on supporte une situation très difficile au quotidien mais que l’on se dit que l’on va rester patient et que tout va s’arranger, je pense qu’il faut se poser des questions ! En tout l’équilibre est roi et l’excès de patience est bien aussi mauvais que l’excès de volonté.

Chers lecteurs, changez vous d’habitudes plus d’une fois par semaine?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *